26 février 2019

The Greatest Showman, découverte du maître de la scène

Everything You Ever Want par Alkalee

Bonjour à tous et bienvenue sous le chapiteau de d'Air & d'Encre ! Aujourd'hui, nous faisons nos débuts dans l'univers du cirque ou plutôt découvrons une version cinématographique de la création du cirque Barnum. Pour cela, asseyons-nous ensemble et regardons le Maître de la scène, Phineas Taylor Barnum, dans le film The Greatest Showman.

Je remercie et dédie cet article à la personne qui m'a fait voir ce film, ce biopic musical. Biopic musical ? On qualifie un film de biopic musical quand il retrace une histoire vraie et quand la musique ne sert pas d'arrière-plan, mais est un personnage à part entière du film. La musique est alors le support de l'histoire pour retracer l'histoire et les propos des personnages.

Réalisé en 2017 par Michael Gracey, le film retrace le chemin de Phineas Barnum, jusqu'où il ira pour réaliser ses rêves : donner le sourire aux gens et améliorer les conditions sociales de sa famille. Né dans un environnement pauvre, Barnum est un grand rêveur qui ne cessera d'innover et d'inventer pour offrir une vie d'émerveillement à sa famille. Après un licenciement, Barnum décide d'acheter le musée des étrangetés d'Amérique, un musée de statues de cire. Mais face à l'échec du musée, Barnum doit repenser son univers et donner plus de vivant à son cirque. Il recrute alors des individus aux traits physiques uniques pour des spectacles globalement appréciés des spectateurs. C'est le début d'une aventure incroyable, le chemin vers le succès semé d’embûches et de pièges.

Ce film a marqué les esprits par ses musiques. Nominé en 2018 à l'Oscar de la meilleure chanson, nominé au Golden Globe 2018 de la meilleure comédie ou comédie musicale, primé au Golden Globe 2018 de la meilleure chanson. Les musiques sont rythmées, les chorégraphies toujours soignées et épatantes. Ce point primordial des comédies musicales est ici un grand succès. Voici trois musiques qui vous présenteront l'esprit du film.




Le film a aussi été nominé au Golden Globe 2018 du meilleur acteur dans une comédie ou une comédie musicale pour Hugh Jackman. Est-ce une coïncidence que Hugh Jackman, cet interprète de héros, ait eu le rôle de Barnum ? Pas du tout ! Le producteur Laurence Mark et le coscénariste Bill Condon ont eu l'idée du film lors de la cérémonie des Oscars 2009. Cette année-là, la cérémonie était présentée par Hugh Jackman que Laurance Mark qualifiant du plus grand showman en le découvrant. Le mariage des noms était né pour une belle réussite.

Hugh Jackman était très enthousiaste par ce projet, car lors des répétitions, malgré une intervention chirurgicale lui demandant de reposer sa voix, il chantait emporté par la musique et l'histoire du film. Pour lui la torture n'était pas que ses points de sutures lâchent, mais d'assister aux répétitions sans pouvoir y prendre part tellement les musiques du film sont irrésistibles pour lui. Nous sentons son implication dans son jeu et cela transforme ce film en un merveilleux spectacle qui sait transmettre de nombreuses émotions au spectateur : de la joie au romantisme en passant par la peine et la foi en ses rêves.

Depuis tout à l'heure, nous parlons de film biographique, mais le film n'est pas entièrement fidèle. Le réalisateur a choisi de s'éloigner de la chronologie originale et de la personnalité de Barnum pour s'intéresser principalement à la magie de ses spectacles de Barnum et aux rêves dans lesquels il a cru. L'univers est plus épuré. Par ailleurs, certains personnages sont fictifs et ont été créés spécialement pour le film : le couple Phillip Carlyle et Anne Wheeler, interprétés respectivement par Zac Efron et Zendaya Coleman. Les animaux sont également fictifs, réalisés virtuellement sur demande du réalisateur qui ne voulait pas exploiter des animaux pour leur apprendre des tours.

The Greatest Showman of them All par Damare

The Greatest Showman n'est pas le premier film portant sur Barnum : Le Grand Barnum en 194, Le Grand Départ vers la lune en 1967 et le téléfilm Barnum en 1986. La vie de cet homme a été une source d'inspiration et cette vie commence en 1810 à Bethel dans le Connecticut où Phineas Taylor Barnum voit le jour.

Barnum est l'aîné de six frères et soeurs et devait souvent quitter l'école pour aider son père agriculteur. Mais dès douze ans, Barnum avait aussi un pied dans le commerce vendant des billets de loterie. Après tout, il avait cela dans le sang, car son grand-père maternel dont il tire son prénom, Phineas Taylor, était un charlatan de loterie.

Il enchaîne à partir de la mort de son père en 1825 divers métiers : épicier à New-York chez un parent, brasseur et commis dans une grande taverne, tenancier d'une loterie lucrative en 1828, propriétaire du jour the Herald of Freedom en 1829. C'est après tous ces essais que Barnum épouse Charity Hallat, tailleuse, le 8 novembre 1829, avant de s'installer en 1834 à New-York où il s'orienta vers le "show-business".

Like An Anthem In My Heart par kuabci

Il commence son industrie du spectacle par l'exhibition de Joice Heth, esclave noire aveugle et presque totalement paralysée, qu'il faisait passer pour une dame âgée de 161 ans qui aurait été la nourrice de George Washington, premier président américain. A sa mort, Barnum change de supercherie et voyage avec le théâtre ambulant Aaron Turner Traveling Circus qui mettait en scène un autre esclave afro-américain. Malheureusement pour lui, l'esclave s'enfuit une fois arrivée en Caroline du Nord.

Après cet échec, il achète le Scudder's'American Museum de Broadway qui devient le Barnum's American Museum et qui proposait des instruments scientifiques, des objets étranges, des animaux exotiques, un aquarium, des représentations théâtrales et des freaks shows. Ce sont surtout ses freak shows, exposition d'Hommes aux traits physiques peu communes pouvant choquer le spectateur, qui font sa renommée. Barnum expose dans son musée vivant des femmes de Patagonie, des nains , des géants d'Islande, mais aussi certaines vedettes telles que le Général Tom Thumb, le Lord de Leeds, l’Homme Chien, les frères siamois Chang et Eng (présents également dans le film).

A côté de son musée, Barnum rend le rossignol suédois, la cantatrice Jenny Lind, célèbre dans le monde par une tournée gigantesque aux Etats-Unis en 1850.  Malheureusement, le musée Barnum brûle. Il décide alors de mettre en place The Greatest Show On Earth sous un chapiteau. Ce spectacle devint plus tard le cirque Barnum.

P.T. Barnum - Collection Harvard Library

En 1881, Barnum s'associe à son ancien rival James Anthony Bailey directeur du Great London Circus and Granger's Royal British Menagerie. A leur mort (1891 pour Barnum), le cirque appartient désormais aux frères Ringling. Mais le public rare et les pressions des défenseurs des droits des animaux, le plus grand cirque du monde ferme le 21 mai 2017, huit mois avant la sortie du film The Greatest Showman.

Il faut noter par contre une différence entre le film et la réalité. Barnum se définissait lui-même comme le prince des charlatans, profitant de la crédulité et du voyeurisme des gens. Cet opportuniste repérait souvent le bon filon pour l’exploiter à son profit. Pour cela, il utilisait les hommes différents pas avec l'humanisme que veut nous montrer le film, presque avec une absence d'état d'âme.
Mais Barnum a aussi été un révolutionnaire du cirque. Habituellement, les cirques avaient une seule piste sous leur chapiteau, issue du dressage des chevaux, qui permettait d'avoir une intimité avec la foule. Barnum choisit d'ajouter deux autres pistes pour présenter un spectacle jamais vu au monde. Cette révolution a permis au cirque de devenir un spectacle hors du commun. Cela inclut des changements dans les classiques du cirque : le clown comique fait place au clown muet. Mais nous parlerons des clowns dans un autre article.

Collection Librairie du Congrès

Barnum fut aussi l'un des premiers a déplacé son cirque par le train. Aidé des conseils de ses amis, il put obtenir jusqu'à quatre-vingts wagons et trois locomotives. Sans route pavée aux Etats-Unis, cela lui a permis d'étendre la portée de ses spectacles. Son utilisation inédite du train a même conduit la Union Army durant la guerre de sécession à lui demander conseil pour l'acheminement de ses troupes.

P.T. Barnum fut tout au long de sa vie un véritable homme d'affaires qui n'hésita pas à user de canulars pour épater un public qu'il sait crédule. Il créait l'événement et savait utiliser de méthodes novatrices pour le promouvoir. Lui qu'on surnomme le Shakespeare de la publicité serait pour certains le créateur de la publicité en Amérique.

Notre article touche à sa fin, mais le show doit continuer et nous reviendrons pour un autre numéro sur le cirque prochainement. Je vous souhaite à tous un bon visionnage. Souvenez-vous : "Be free to fly because this is you". Sur ce, à très bientôt !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire